Accueil / Actualité judiciaire / MISERE DE LA JUSTICE

MISERE DE LA JUSTICE

Après les présidents des commissions des lois de l’Assemblée nationale et du Sénat la semaine dernière, ce sont aujourd’hui les principaux représentants des services judiciaires qui tirent la sonnette d’alarme sur l’état de la justice.

Le manque de moyenS est de plus en plus criant décrivent magistrats, experts judiciaires et responsables d’associations spécialisées, qui citent chacun des exemples plus effarants les uns que les autres.

Il y a le tribunal de Nanterre, privé de chauffage cet hiver, plus d’argent pour payer les réparations. A Aix-en-Provence, c’est la clim’ qui fait défaut. A Grenoble, plus de magistrat pour tenir les audiences du tribunal des affaires sociales.

Bref, pour Virginie Duval, présidente de l’Union syndicale des magistrats le constat est sans appel

Le ministre de la justice a dit ‘la justice est au bord du gouffre’. Non ! Elle est au fond du gouffre. Tous les jours on échappe au pire, il y aura d’autres libérations par erreur

Car les conséquences de ce manque de moyenS sont de plus en plus concrètes. Monique Rouzet-Lelièvre expert traductrice-interprète voit ses collègues partir les uns après les autres, démotivés par les retards de paiement.

On fait appel à n’importe qui, car les professionnels se désinscrivent

Les professionnels réclament une loi de programmation pluriannuelle pour la justice.

Hervé Bonglet est secrétaire général de l’Unsa-service judiciaire .

En 2017, on devra payer 150 millions d’euros d’arriérés de factures sur 2016.

Et les premières victimes ce sont les justiciables. Chaque année plus d’un million de personnes est confrontée à la justice.

Voir aussi

INTERDICTION DES SIGNES RELIGIEUX DANS L’ENTREPRISE

Une entreprise peut interdire le port de signes religieux À quelques semaines de la présidentielle …

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Le temps imparti est dépassé. Merci de recharger le CAPTCHA.